Un foyer fait les courses au moins une fois par semaine. Si pour certains, il s’agit d’un moment privilégié, d’autres n’apprécient guère. Afin de satisfaire au mieux, la clientèle, les supermarchés proposent de nombreux services leur permettant de faciliter les courses ou encore leur permettant d’économiser sur leur achat, dont le ticket restaurant. C’est une solution qui permet de fidéliser les clients, mais beaucoup se demandent comment fonctionne réellement ce type de ticket dans un supermarché ? Plus précisément, est-il possible d’utiliser un ticket restaurant dans un supermarché ? Comment utiliser un ticket restaurant dans un supermarché ? Découvrez toutes les réponses à vos questions sur cet article. 

Le ticket restaurant et le supermarché

La question que l’on se pose fréquemment c’est : est-il possible d’utiliser un ticket restaurant dans un supermarché ? Il y a deux réponses possibles à cette question : oui et non

Selon la loi, les tickets restaurant doivent être utilisés uniquement pour : 

  • L’achat des fruits et légumes.
  • L’achat d’un repas consommable à l’immédiat. 
  • L’achat d’une préparation alimentaire consommable à l’immédiat.

Ainsi, rien n’oblige à une enseigne à accepter ce type de paiement pour vos courses de la semaine. Sinon, il y a également certains supermarchés qui acceptent ce type de transaction pour toutes les courses alimentaires, que ce soit pour un consommable instantanément ou non.

En général, l’usage des tickets restaurant  prend fin le mois de février. Mais avec la crise sanitaire, il est possible de les utiliser jusqu’au 1 er septembre 2022

Désormais, il est possible de payer jusqu’à un montant de 38 € par jour actuellement, contre 19 €, et ce, même pour les jours fériés et le dimanche

Il est aussi possible d’utiliser ce type de ticket pour les livraisons de repas ou encore le « click and collect ». 

Notez que dans un supermarché, le plafond du paiement est maintenu à 19 € par jour

Trouver un endroit pour faire les besoins dans les supermarchés

On n’utilise pas souvent les toilettes des supermarchés, néanmoins, dans certains cas, il arrive qu’on ait envie de faire nos besoins en plein milieu des courses. La meilleure chose à faire, c’est de demander auprès des responsables s’ils ont prévu une toilette pour les clients. En effet, les toilettes ne sont pas imposées dans ces grandes enseignes. Si vous avez la chance de tomber sur un supermarché qui en dispose une, vous pourriez faire vos besoins. Sinon, il vous faudra malheureusement vous retenir et finir vos courses. Notez que presque toutes les grandes surfaces possèdent des toilettes.

Payer en espèce, avec une carte ou encore avec des pièces dans les supermarchés

Source image : pixabay

Beaucoup de gens se demandent s’ils peuvent payer leurs courses avec des pièces de centimes ? Eh bien, c’est tout à fait possible. Sachez que le refus de ce genre de monnaie est illégal et peut faire l’objet d’une amende de 22 €. Donc, n’hésitez plus à utiliser vos quelques centimes à la boulangerie, dans les supermarchés, etc. 

Toutefois, quelle que soit votre méthode de paiement, il y a toujours un plafond : 

  • Paiement avec des pièces : plafonné à 50 pièces. 
  • Paiement en liquide : plafonné à 1 000€. 

Acheter le modèle de produit exposé

Lors de l’achat d’un produit, il arrive que les modèles que vous recherchiez ne soient plus disponibles. Ainsi, si vous avez de la chance, vous pourriez choisir de prendre le modèle exposé en vitrine

Sachez que le vendeur ne pourra pas refuser votre offre, car la loi condamne le refus de la vente illicite, sauf, uniquement pour un motif légitime. Mais avant de prendre le produit, par exemple vestimentaire, il est indispensable de bien vérifier que la taille corresponde à la vôtre

Goûter avant d’acheter

Dans un supermarché, goûter, c’est clairement interdit. Sinon, si vous goûter, même pour savoir si c’est bon ou pas pour pouvoir en acheter par la suite, c’est considéré comme un acte de vol. C’est aussi le cas même si vous trouvez que le produit est déjà périmé. 

Il faut faire très attention à ne pas confondre les ventes en supermarchés avec les ventes : 

  • Lors des foires.
  • Lors des salons.
  • Etc.

Effectivement, durant ces différents évènements, la dégustation est tout à fait autorisée. C’est d’ailleurs dans ces cadres que l’article 1587 du code civil qui stipule qu’il n’y a pas de vente si les acheteurs n’ont pas goutés que s’applique. 

Aussi, il est possible de profiter du goût d’un produit avant d’en acheter lorsqu’une animatrice propose une animation : 

  • De dégustation de sushi.
  • De dégustation de chocolat.
  • De dégustation de fromages.

La différence de prix dans un supermarché

Le prix en rayon et le prix sur le prospectus sont différents. Il n’est pas rare de tomber sur ce genre de situation dans un supermarché. La solution avec la différence de prix, c’est d’exiger le paiement du prix sur le prospectus. Sinon, l’enseigne risque d’être poursuivie par la loi pour publicité mensongère. 

Néanmoins, avant de réclamer quoi que ce soit, il faut toujours rester vigilant et s’assurer : 

  • D’avoir le bon produit en main.
  • Que le prospectus ne mentionne pas « quantités limitées » ou encore offre valable jusqu’à épuisement de stock.

L’erreur peut également provenir de l’étiquetage en magasin. Dans ce cas, selon l’article L133-2 du Code de la consommation, les chances sont plutôt du côté des acheteurs : « Les clauses des contrats proposés par les professionnels aux consommateurs ou aux non-professionnels doivent être présentées et rédigées de façon claire et compréhensible. Elles s’interprètent en cas de doute dans le sens le plus favorable au consommateur ou au non-professionnel. Ainsi, si l’affichage du prix n’est qu’une erreur, la protection de la loi se tourne particulièrement vers les clients. 

Cependant, ce principe est limité. Une autre loi stipule que le vendeur ne doit quand même pas vendre à perte. Aussi, l’enseigne peut montrer qu’il y a eu erreur de prix : 

  • Si le prix est outrageusement bas que celui du prix proposé sur le marché.
  • Si l’acheteur est de mauvaise foi : il vient uniquement dans le supermarché, car il connaît par exemple l’erreur de prix.

Dans ce cas, il peut tout à fait très bien refuser de choisir le prix qui est le plus avantageux pour le consommateur. 

Les animaux domestiques dans les supermarchés

Il n’y a pas de loi qui impose l’interdiction ou l’autorisation des animaux domestiques dans les supermarchés. Donc, les magasins sont libres de choisir. Certains acceptent les animaux et d’autres les refusent. 

Par ailleurs, les commerces alimentaires ne sont pas autorisés à accepter ces animaux dans leurs enseignes suite à une nouvelle règle imposée en Europe. 

Source image à la une : pixabay

Write A Comment