La conférence Inculte 8 Water Causettes en totalité extraite du DVD

Nos grands-parents ont chié dans des toilettes sans eau, mais pas sans odeurs : la plupart d’entre eux en ont encore des souvenirs émus. Savons-nous que nous avons échappé à des siècles de pots de chambre vidés par les fenêtres ? 

Depuis nous avons branché des toilettes à eau sur le tout à l’égout, faisant de cette invention, écologiquement, la plus conne de l’humanité : cacas et pipis doivent être remplacés dans les champs par des montagnes d’engrais chimiques et éliminés de nos eaux usées avant rejet dans la nature. Ces mêmes eaux que nous potabilisons ensuite avant de pouvoir les boire ; ou pour chier de nouveau dedans, ce qui est un comble.

Les engrais chimiques vont bientôt s’épuiser (notamment le phosphore) : l’agriculture moderne est condamnée. Et maintenir une eau potable exige de continuer cette fuite en avant technologique et industrielle déjà perdue pour les pays pauvres et les pauvres des pays riches, ce qui fait du monde. 

Après des années passées devant des toilettes à sciure de festivals pour l’un et devant des parterres de techniciens de l’eau et d’élus locaux pour l’autre, Anthony et Samuel vous racontent comment les écolos qu’ils sont se sont sortis les doigts du nombril. 

Cette conférence gesticulée vous permettra de dépasser le tabou du caca, de voir au-delà d’une nécessaire remunicipalisation de l’eau puis surtout de répondre à cette énigme : comment doivent être les toilettes de l’archiduchesse ?

Des suites possibles à la conférence gesticulée

Le Pavé propose ces ateliers d’une demie à une journée, qui peuvent être programmés le lendemain. Les ateliers proposés à la suite de [la conférence gesticulée « Le plein d’énergie »->https://www.scoplepave.org/l-energie] peuvent aussi être proposés.

Se réapproprier l’écologie politique

Cet atelier prend la forme d’un jeu où différentes équipes s’affrontent pour inventer des actions destinées, en toute humilité, à changer le monde. Un atelier grand public et dynamique, chaque participant va d’abord choisir un domaine qui lui tient à cœur, puis au sein d’un jury, inventer des objectifs politiques, écologiques et sociaux sur ce domaine.

Les équipes devront ensuite, sur chacun de ces domaines, faire des propositions d’actions au niveau individuel, collectif et global. Le jury attribuera ensuite les points. répartis en petits groupes, vont d’abord choisir un ainsi balayer en deux heures des alternatives locales et nationales puis devenir le tribunal de ces alternatives

A la fin, il y a bien une équipe qui gagne, mais surtout il y a une
autre conception de l’écologie politique qui émerge, loin des choix
électoralistes de tribuns médiatiques.

Le tribunal des pratiques militantes

Tout d’abord, on se répartit les rôles : juge, procureur, avocats, greffier, accusés et jury populaire. Il y en a pour tous les goûts et tous les niveaux d’implication. L’accusation sera la suivante pour chacun des accusés : vos pratiques militantes n’ont pas réussi à changer le monde.

Les accusés et leurs avocats doivent être volontaires pour représenter leurs propres pratiques militantes à ce tribunal. Nous appellerons ainsi, suivants le temps et les personnes disponibles, à ce que les pratiques liées au syndicalisme, à l’action directe, à l’éducation populaire, aux partis politiques, aux happenings médiatiques, à l’autonomie? individuelle… soient représentées. Puis les interrogatoires par
les avocats, les témoins appelés à la barre et enfin le jury qui se retire.

Un atelier qui permet d’expliciter différents modes d’actions et de comprendre.

Write A Comment