Pour rappel, un chèque est un moyen de paiement. Et pour qu’il soit valide, il est capital de le remplir. En effet, En effet, un chèque peut être non valable si certains critères ne sont pas remplis. Il est donc préférable de bien savoir l’utiliser et le remplir pour prévenir les rejets et éviter tout éventuel conflit. Il ne faut surtout pas le faire à la hâte afin de ne pas commettre des erreurs et éviter les ratures. Voici donc un guide complet pour remplir votre chèque correctement.

Remplir les mentions obligatoires

Il est essentiel d’apporter les mentions obligatoires pour faire valider un chèque. Pour ce faire, le débiteur et le bénéficiaire ont chacun des informations différentes à indiquer.

Indiquer le montant en lettres

Pour écrire les chiffres ou le montant sur un chèque, il y a deux emplacements. À gauche du chèque, il y a la mention « Payez contre ce chèque », où vous devez indiquer le montant en lettres. Et pour éviter que des gens malhonnêtes puissent modifier le chèque, il est recommandé d’utiliser un stylo à encre non effaçable. 

En outre, veillez à ne pas laisser d’espace entre les mots de manière à ce qu’aucun mot ne puisse être inséré. Ensuite, faites un trait jusqu’à la fin de la ligne après avoir inscrit le montant en toutes lettres. 

Pour écrire le montant en lettres, procédez comme l’exemple qui suit. Exemple : 30,25 euros s’écrira « trente euros et vingt-cinq centimes » ou « trente euros et 25 centimes ». Bien que les deux écritures soient valables, il est conseillé d’opter pour la première. C’est-à-dire, écrire tous les chiffres en lettres, même les centimes.

Écrire la somme à payer en chiffres

Une case aux contours épais à droite du chèque est dédiée pour écrire la même somme, mais cette fois-ci en chiffres. Prenez le soin d’écrire le premier chiffre sur l’extrême gauche de l’emplacement. Cela pour éviter une éventuelle tentative de fraude. 

Et comme pour la première écriture, utilisez un style avec une encre non effaçable ou un stylo à bille dont l’encre est difficile à maquiller. Et si les chiffres ne remplissent pas la case, complétez ensuite l’espace vide avec un trait horizontal, toujours pour éviter qu’un individu soit tenté d’y ajouter des chiffres.

Indiquer le nom du bénéficiaire du chèque

Le bénéficiaire est celui ou celle qui va encaisser le chèque. Son nom doit être inscrit sur le côté gauche, juste sur la ligne où il est écrit « à ». Le bénéficiaire peut bien être une personne physique que morale telle une association, une organisation ou une entreprise.

Si le bénéficiaire est un particulier, vous pouvez mettre « monsieur » ou « madame » avant d’écrire son nom. En revanche, dans le cas où il s’agirait d’une personne morale, confirmez le nom à mettre sur la partie bénéficiaire. Il est conseillé de ne remplir aucun champ du chèque tant que le nom du bénéficiaire ne soit inscrit.

Préciser le lieu et la date

En dessous de la case pour le montant en chiffres, il y a une ligne qui commence par « à ». Il s’agit de mettre le nom de la ville ou de la commune dans laquelle vous vous trouvez au moment de remplir le chèque.

Et juste après, une autre ligne qui commence par « le » sera destiné à indiquer la date d’émission du chèque. Il est à noter que la date indiquée déterminera la durée de validité de votre chèque.

Antidater ou postdater un chèque est passible de poursuites. C’est-à-dire que mettre une date antérieure ou postérieure est formellement interdit. Il est donc obligatoire d’y indiquer la date exacte de la rédaction dudit chèque. En revanche, vous pouvez demander au bénéficiaire d’encaisser le chèque à une date ultérieure.

Signer le chèque

Une fois toutes ces mentions remplies, vous pouvez apposer votre signature à l’endroit où il est écrit « signature ». Un chèque non signé n’a aucune valeur. La signature est la preuve que vous consentez à faire le paiement. La signature apposée doit correspondre à celle que vous avez faite auprès de votre banque lors de l’ouverture de votre compte.

Effectivement, pour éviter et prévenir un éventuel rejet, il est important que cette signature soit identique à celle avec laquelle votre banque va effectuer la comparaison. C’est-à-dire celle dont elle a en possession. Cette comparaison confirmera l’authenticité du chèque. 

Mais avant de signer, prenez le temps de bien vérifier les renseignements cités plus haut pour éviter les erreurs. En outre, ne signez jamais un chèque vide, même si le bénéficiaire est une personne de confiance. La signature doit constituer la dernière étape du remplissage de votre chèque.

En outre, ne signez votre chèque qu’une fois détachée du carnet. En effet, une marque laissée par le stylo sur les feuillets restants faciliterait l’imitation de votre signature dans le cas où vous perdrez votre carnet.

Remplir le talon

La souche ou talon du chèque est la partie qui reste après que vous ayez détaché le chèque. Il trouve son utilité pour vous aider à vous rappeler quand, à qui et quelle somme vous avez émis le chèque. C’est donc pour un usage personnel, mais qui est important pour un bon suivi de vos finances.

En effet, remplir le talon peut vous être utile en cas d’éventuel conflit ou contestation. Les informations inscrites et le numéro de chèque vous seront plus qu’indispensable pour régler le problème. En outre, c’est un moyen de vous assurer qu’aucun de vos chèques ne manque.

Quelques conseils pour bien remplir un chèque

En plus de ces mentions obligatoires, voici quelques conseils pour bien remplir votre chèque en bonne et due forme.

L’écriture du montant

En cas d’incohérence entre le montant en lettres et celui en chiffres, c’est la première qui prévaut. Il est donc conseillé, car c’est important, de bien vérifier que les deux écritures correspondent.

Pour cela, écrivez la somme en lettres de façon lisible. À titre de rappel, les nombres et les chiffres sont invariables. Ils ne prennent donc pas de « s », sauf pour le 20 et le cent. Plus précisément, ils s’écrivent avec un « s » lorsqu’ils terminent le nombre.

En d’autres termes, ils prennent la marque du pluriel lorsqu’ils ne sont pas suivis d’un autre chiffre. Pour 304, on écrira « trois cent quatre » et pour 300, ce sera « trois cents ». Un autre exemple, pour 82, on écrira « quatre-vingt-deux », tandis que 80 s’écrira « quatre vingts ».

Éviter les ratures et remplir toutes les mentions

Afin de bien valider le chèque, veillez à ne pas faire des ratures et prenez soins d’écrire lisiblement et de ne pas encombrer l’écriture. Cela va également éviter tout conflit et malentendu avec votre banque. Ainsi, en cas d’erreurs, il vaut mieux déchirer le chèque et le remplacer par un nouveau feuillet

Les informations citées plus haut sont toutes importantes. Mais il faut apporter plus d’attention sur le montant et le nom du bénéficiaire. Il est donc conseillé de confirmer le nom de celui ou celle qui va encaisser le chèque et éviter de marquer « cash » sur l’emplacement.

En effet, cela va permettre à n’importe qui d’encaisser votre chèque ou de le déposer en chèque libellé en espèces en cas d’éventuelle perte. Il est donc recommandé de remplir avec le nom de l’organisation, de l’entreprise ou de la personne bénéficiaire afin d’éviter de perdre votre argent.

 

Bref, le remplissage d’un chèque n’est pas vraiment compliqué une fois que vous y êtes habitué. Toutefois, le plus important, c’est de bien vérifier les mentions et l’exactitude des  informations. Et un dernier conseil, en cas de perte, de tentative de fraudes ou de vol, avertissez immédiatement votre agence ou votre banque afin qu’elle puisse prendre les mesures nécessaires.

 

Write A Comment